Le Forum des Paléontologues et Malacologues amateurs et professionnels

Site dédié aux amateurs et professionnels de la Paléontologie et de la Malacologie.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alexandre BIGOT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
haguedick
membre
membre
avatar

Nombre de messages : 284
Localisation : Cotentin (Manche)
Date d'inscription : 08/11/2006

MessageSujet: Alexandre BIGOT   Jeu 16 Nov 2006, 9:57 am

Alexandre BIGOT
1863-1953

Alexandre Bigot est né à Cherbourg en 1863. Il s’intéresse rapidement aux collections du Musée du Havre puis rencontre le botaniste cherbourgeois L.Corbières avec lequel il se lie d’amitié. C’est avec lui qu’il fait ses premières armes en géologie, en étudiant la tranchée de chemin de fer entre Sottevast et Martinvast, où ils découvrent les Schistes à Trinucleus. Il prépare alors une licence de sciences naturelles puis part à Paris pour préparer une thèse. Hébert qui le remarque le prend comme préparateur. Entouré de grands savants, il commence alors une période extrêmement fructueuse jusqu’en 1890. Le décès prématuré de E.Deslongchamps en 1889 va précipiter son départ pour Caen puisque L.Liard, recteur de l’université lui confie le poste laissé libre, alors qu’il n’a que 27 ans. A.Bigot se met à la besogne, il faut organiser les cours, le laboratoire et les tournées pour lever les cartes. Il fonde le Bulletin du Laboratoire de Géologie afin de faciliter la publication du travail des étudiants et faire connaître la géologie régionale. De 1890 à 1895 paraît un important travail dans ce bulletin intitulé »Esquisse Géologique de la Basse Normandie ». Il publie en 1891 un article sur les couches à Phosphates du plateau d’Orglandes qui attisent toutes les convoitises et seront exploitées par les Ets L.Dior de Granville.

A.Bigot succède à Lignier à la Société Linnéenne et la publication du bulletin cesse en 1895. Il devient également attaché à la chaire de Caen et collaborateur adjoint au service de la carte géologique. Il va alors se consacrer à des buts qu’il avait définis lui-même : »Faire progresser la haute science, donner aux candidats aux divers grades universitaires l’instruction qu’ils sont venus chercher, faire des laboratoires régionaux des offices de renseignements pratiques et remettre en ordre les collections régionales qui doivent faire l’objet de soins attentifs. En 1903, il est élu successivement secrétaire des Assises de Caumont et vice président de la Société Géologique de France. Il continue malgré tout le lever des cartes géologiques de Barneville, Alençon, Mayenne et Les Pieux. En 1907, il est désigné comme doyen, fonction qu’il conservera jusqu’en 1927. Malgré une période noire, où il perd successivement son fils et sa fille, il trouve encore les ressources pour continuer son activité scientifique. Ses publications dont beaucoup sont régionales sont innombrables( 352 publications ) et il continue la levée des cartes géologiques ( Coutances, Saint-Lô et Cherbourg). Il prend sa retraite en 1933 mais s’il a cessé son enseignement, il n’en continue pas moins ses divers travaux, en particulier les levées de cartes et les études des captages. Il a 70 ans et ses jambes ne sont plus alertes mais il a encore dans ses carnets beaucoup d’observations restées inédites. Il entreprend de les publier et commence une série intitulée »Notes de Géologie Normande ». En 1942, il édite ce livre intitulé « Esquisse Géologique et Morphologique de Basse-Normandie » commencé près d’un demi-siècle plus tôt mais la guerre lui rappelle cruellement la vie et il perd sa petite fille, tuée dans les bombardements du dispensaire de la Miséricorde. 1944 est encore pour lui l’année de tous les malheurs. Il apprend la destruction par les bombardements de la Bibliothèque et des collections géologiques si précieuses qui étaient rassemblées au Laboratoire de la rue Pasteur. Quelques jours plus tard, le 9 juillet la bibliothèque des Deslongchamps, rue de la Geôle, disparaît dans un incendie. La guerre est terminée, et il continue de se battre avec conviction pour que l’Université de Caen non seulement conserve son laboratoire de géologie mais aussi pour que tous les moyens soient mis en œuvre pour le reconstruire. Sa production scientifique reste jusqu’au bout importante, avec la publication de pas moins de 46 notes de géologie normande. A.Bigot s’éteindra à Caen en 1953, dans sa 90 ème année d’une vie bien remplie au service de la science.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cossmann.org
 
Alexandre BIGOT
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ALLIX (Jacques-Alexandre-François) lieutenant-général
» Saint Nicaise et ses Compagnons Martyrs, Saint Alexandre Sauli Evêque, commentaire du jour "Jonas a été un signe pour les habitants de Ninive ;..."
» Présentation alexandre
» Présentation d'Alexandre, Baha'i
» ROMEUF Jacques-Alexandre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum des Paléontologues et Malacologues amateurs et professionnels :: LA VIE DU FORUM :: Les hommes qui ont fait l'histoire des sciences de la vie et de la terre-
Sauter vers: